Biographie succincte

STANHOPE Hester Lucy, lady.

 

Epistolière et voyageuse anglaise. Chevening, Kent 1776. Djoun, Liban 1839.

 

Elle est passée à la postérité grâce aux souvenirs et récits de voyage de son médecin, Charles Lewis Meryon, qu’elle avait engagé lors de son départ d’Angleterre pour Gibraltar où elle accompagnait son frère James rejoignant son régiment.

 

En 1800, trouvant les idées révolutionnaires de son père fort peu à son goût, elle décide d'aller vivre à Burton Pynsent aux côtés de sa grand-mère maternelle, lady Chatham, veuve de William Pitt l’ancien et mère du Premier Ministre William Pitt le Jeune. A son retour d’un voyage en Italie en 1803, elle apprend le décès de sa grand-mère et trouve refuge chez son oncle dont elle devient l’hôtesse jusqu’à la mort de ce dernier en janvier 1806. Le roi George III lui offre alors une pension de 1200£ en remerciement de ses bons et loyaux services.

 

Lorsqu’elle s’embarque avec son frère en février 1810, elle est loin de soupçonner qu’elle va parcourir les rives de la Méditerranée pendant trois ans. Mais à Gibraltar, elle rencontre Michael Bruce, qui la rejoint à Malte et devient son amant. Ils poursuivent donc leur route jusqu’en Grèce puis passent une année à Constantinople et dans ses environs. Ensuite, ils font naufrage au large de Rhodes. Lady Hester perd tout et décide alors de porter des vêtements masculins turcs qu’elle ne quittera plus jamais. Ils continuent leur périple jusqu’à Alexandrie, visitent Jaffa, Jérusalem, Acre, Beit ed Dine et Damas. Enfin, ils parviennent à Palmyre en mars 1813 (lady Hester est la première femme européenne à réussir l’exploit), puis c’est Homs et Lattaquié.

 

Michael Bruce la quitte en octobre 1813. Elle contracte la peste en novembre et ce n’est qu’en février 1814, qu’elle s’installe dans le couvent de Mar Elias. Une fois remise sur pied, elle visite Baalbek, supervise des fouilles pour retrouver un trésor à Ascalon, puis venge l’assassinat du colonel Boutin dans les montagnes Ansarieh. Peu après le retour d’Elizabeth Williams, la fidèle gouvernante de lady Hester, le docteur Meryon décide en 1817 de rentrer en Angleterre. Il lui rendra visite à trois reprises.

 

A partir de cet instant, elle consacre son temps à une abondante correspondance rédigée en anglais, en français et en arabe. Entre 1817 et 1825, elle s’installe à Djoun, qu’elle ouvre aux réfugiés fuyant la guerre civile au Liban en 1825 et à nouveau lors de l’invasion égyptienne d’Ibrahim Pacha en 1831. Sa profonde connaissance de la région, les appuis dont elle bénéficie et le respect des populations locales dont elle jouit en grande partie à cause de ses largesses, la font reconnaître comme une personne digne d’intérêt que cherchent à rencontrer bon nombre de voyageurs.

 

En bonne aristocrate, et comme son grand-père et son oncle avant elle, lady Hester semble avoir eu une gestion plus qu’approximative de son argent. Persuadée d’être soutenue pour les services quasi diplomatiques qu’elle rend à son pays, elle néglige de rembourser ses créanciers. La demande insistante de l’un d’eux finit par la rattraper, ce qu’elle considère comme un affront. Elle renonce alors à sa nationalité, fait murer les accès à sa propriété dans un geste de défi à l’autorité consulaire et meurt pauvre, seulement entourée de quelques rares serviteurs que son caractère autocratique n’a pas fait fuir.

 

Elle laisse de nombreuses correspondances et un petit recueil de botanique intitulé Some Remarks upon Hermodactylus.

 

Bibliographie : Meryon, Charles Lewis. Memoirs of Lady Hester Stanhope. (1845); Travels of Lady Hester Stanhope. Forming the Completion of her Memoirs. (1846). Cleveland, Catherine Lucy Wilhelmina, Duchess of. The Life and Letters of Lady Hester Stanhope. (1897). Bruce, Ian. The Nun of Lebanon. The Love Affair of Lady Hester Stanhope and Michael Bruce. Their Newly Discovered Letters. (1951). Hogg, James, ed. News from Lebanon: Lady Hester Stanhope’s Autograph Letter to Michael Bruce. (1988). Day, Roger William. Decline to Glory. A Reassessment of the Life and Times of Lady Hester Stanhope. (1997). Jallet-Traverso, Catherine. La correspondance de lady Hester Lucy Stanhope. (Université Montpellier III-Paul Valéry; Thèse; Mars 2005). Traverso, Catherine. ˝Lady Hester Stanhope˝ The Literary Encyclopedia. 26 February 2007.