Un point de détail éclairci

Publié le par Catherine Traverso

Le fait de terminer récemment la lecture du Contre Sainte-Beuve de Marcel Proust m'a rappelé un point de détail que j'avais soulevé dans ma thèse. J'avais écrit alors :

 "Et de fait, la publication d'une ou de plusieurs correspondances est déterminée par un champ de non-dit qui entoure l'épistolière de son vivant puis à titre posthume. Les intérêts de descendants soucieux de préserver l'honneur d'un nom, les légendes qui circulent et les amitiés ou inimitiés qui l'entourent, servent ou desservent sa cause souvent de façon transitoire, mais parfois de façon néfaste au point que le brouillard équivoque qui l'enveloppe lui tienne lieu de réalité. Ainsi, il est étonnant de trouver sous la plume de Gérard Genette: "Je lis une fois dans Balzac, par exemple ceci: "Lady Stanhope, ce bas-bleu du désert," lorsque par ailleurs le docteur Meryon puis la duchesse de Cleveland ont répété à l'envi l'horreur, feinte ou non, de cette dernière pour les livres. Le caractère péjoratif de l'allusion (un 'bas-bleu' est une femme pédante qui a des prétentions littéraires), le mépris implicite montré par Balzac à la fois pour une personne qu'il ne connaît pas et pour l'acquisition de la culture par les femmes révèlent les méfaits du péritexte. Il appelle la légende entretenue par les familiers et contemporains de l'épistolière. Il éclaire le travail de biographes anxieux de tronquer, d'améliorer ou d'éluder certains pasages de ses lettres parce qu'ils se préservent ou n'y trouvent aucune explication. Il va s'amplifiant avec cette exclamation balzacienne délirante." (Chapitre 7. Ecriture du discours, I. Aspects extérieurs de l'épistolaire, 315)

Au moment de la rédaction de ma thèse, n'étant ni spécialiste ni admiratrice de Balzac, je n'avais trouvé le nom de lady Hester que dans Le Lys dans la vallée.  Aujourd'hui, non seulement j'ai trouvé le roman concerné, Illusions perdues, mais aussi la citation exacte de Marcel Proust que Gérard Genette avait quelque peu rapetissée.

1) Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve 1954. Collection Folio essais, Paris : Galimard, 2008. 202.

 "S'il [Balzac] se contente de trouver le trait qui pourra nous faire comprendre comment est la personne, sans chercher à la fondre dans un ensemble beau, de même il donne des exemples précis au lieu d'en dégager ce qu'ils peuvent contenir. Il décrit ainsi l'état d'esprit de Mme de Bargeton : "Elle concevait le pacha de Janina, elle aurait voulu lutter avec lui dans le (sic) sérail et trouvait quelque chose de grand à être cousue dans un sac et jetée à l'eau. Elle enviait Lady Esther Stanhope, ce bas-bleu du désert."

2) Gérard Genette, Palimpsestes 1982. Collection Points essais. Paris : Editions du Seuil, 1992. 102.

"Je lis une fois dans Balzac, par exemple, ceci : "Lady Stanhope, ce bas-bleu du désert."

3) Honoré de Balzac, Illusions perdues. Bruxelles: Hauman, Cattoir et Cie, 1837. [http://books.google.com/] Chapitre II, Madame de Bargeton, 72.

"Elle usait sa vie en de perpétuelles admirations et se consumait en d'étranges dédains : elle concevait le pacha de Janina, elle aurait voulu lutter avec lui dans son sérail, et trouvait quelque chose de grand à être cousue dans un sac et jetée à l'eau; elle enviait lady Esther Stanhope, ce bas-bleu du désert; il lui prenait envie de se faire soeur de Sainte-Camille et d'aller mourir de la fièvre jaune à Barcelone en soignant les malades : c'était là une grande, une noble destinée !"

4) Enfin, dernière citation trouvée à l'époque dans Le Lys dans la vallée:

"J'avais mes raisons en y venant ainsi, car il me fallait pour mes excursions nocturnes un cheval, et le mien était un cheval arabe que lady Esther Stanhope avait envoyé à la marquise, et qu'elle m'avait échangé contre ce fameux tableau de Rembrandt, qu'elle a dans son salon à Londres, et que j'ai si singulièrement obtenu."


Honoré de Balzac, Le Lys dans la vallée 1836. Classiques français. Paris : Booking International, 1994. 203.

Il faut croire que pendant les années 1835-1837, lady Hester fascinait Honoré de Balzac, qu'il réduit cependant à un cliché facile et étriqué.

Publié dans Etudes critiques

Commenter cet article