Etude graphologique

Publié le par Catherine Traverso

Etude graphologique réalisée par Mme Dominique Sire, à Nîmes le 30/07/2004.

 

L'écriture est une matière vivante

 

            Energie et autorité naturelles. Forte personnalité avec un caractère entier qui affronte la vie, les événements. Beaucoup de courage, elle se bat pour ses idées mais elle est intransigeante, obstinée, tenace jusqu'à s'enferrer dans de mauvaises positions.

Position tranchée et catégorique avec un sens aigu de sa dignité et de sa place dans la société : tête haute, exigences et honneur. Personne corsetée par ce caractère entier qui se fixe ses propres limites et s'y tient,  mais n'accepte rien de ce qui peut lui être imposé de l'extérieur. Elle réclame liberté et indépendance, c'est une réalisatrice, c'est une passionnée, il lui faut du concret, des sensations, ni sentimentale ni intellectuelle. Elle prend des risques et s'engage. Revendication, exaltation, autonomie forte, donc insatisfactions, sont reflétées dans son écriture, ainsi qu'un grand besoin -sélectif- de communications, d'échanges socialement gratifiants, de découverte des autres, de l'inconnu. Progression dans la connaissance de la vie et des gens.

 

12 mars 1776, naissance à Chevening (Kent)

1802 (26 ans) : exaltation, élan, énergie

1808 (32 ans) : passage à vide, manque d'énergie vitale

1813 (37 ans) : prise de conscience des limites, recadrage de ses ambitions qu'elle revoit à la baisse, période de calme et de rêve oublié.

1820 (44 ans) : fragilisation, anxiété, période sombre, se tourne moins vers les autres, demande moindre de communications, repli, solitude, caractère encore plus intransigeant ; changement, aigreur et agressivité.

1838 (62 ans) : détérioration  de l'écriture, effritement irrémédiable de l'énergie vitale, garde la tête haute mais illusion perdue. La taille de l'écriture augmente pour des raisons de déficience visuelle mais véritables détériorations du trait, fébrilité, fragilité, résistance beaucoup moins forte ; univers rétréci, véritable peau de chagrin, déceptions. Aptitudes non utilisées. Déplacements des forces, du bas (trait appuyé) vers le haut (trait léger).

22 juin 1839, décès à Djoun (Liban)

 

            Au début foi dans l'avenir, persuadée d'avoir à réaliser de grandes choses, capacité à entraîner les autres, mais cette formidable énergie n'a pas trouvé de véritable chemin et se retourne contre elle, subit un retour d'énergie non employée -d'où les aigreurs- et des difficultés psychosomatiques, ressassement à cause de son obstination, ne peut sortir d'une idée lorsqu'elle l'a adoptée, elle tourne en rond. Personne difficile à vivre, intolérante, très rancunière, elle a fait le vide autour d'elle. Grande importance de l'opinion des autres, s'inscrit beaucoup dans un champ social, cherche à donner une image valorisante d'elle-même comme quelqu'un qu'on admire ou comme modèle. Echange basé sur le respect, la demande affective vient en second. Personnalité qui cherche à grandir, intelligence pratique et pragmatique mais tous ses atouts sont perdus. Elle se montre telle qu'elle est, pas de façade mais une image sociale d'elle qui vient profondément d'elle. Idéal projeté pour lequel elle se bat bec et ongle et se donne du mal pour que ce soit vrai. Parce qu'elle se montre à la hauteur de cet idéal, elle paie le prix fort.

 

            La signature est un acte social, conforme au texte, trait d'affirmation comme un piédestal. Quelqu'un d'authentique, pas de changement entre l'écriture du texte et la signature, presque monolithique.

Publié dans Outils

Commenter cet article